Wednesday, February 25, 2009

Will US retourn Guantanamo base to Cuba?


The military base at Guantanamo cost billions of dollars to American taxpayers a few miles from the United States and currently has no credit in the logistics arena of contemporary warfare is so inefficient and ineffective as the C-130 plane which gives the return to Cuba to launch radio and television signals do not pass on information of interest to the Cuban people. Not only the military base to be returned but must be reformulated fifty years of the policy toward Cuba.
La base de Guantanamo est retourné à ses propriétaires peuvent devenir un centre international pour la recherche dans la mer des Caraïbes avec l'appui des États-Unis et dans les Caraïbes UNESCO, une ville de scientifiques du fond de la mer, l'atmosphère et les changements climatiques.
La base militaire de Guantanamo, à coût de milliards de dollars pour les contribuables américains à quelques miles des États-Unis et n'a actuellement pas de crédit dans le domaine de la logistique de la guerre contemporaine est tellement inefficace que l'avion C-130 qui donne à la retour à Cuba pour lancer des signaux de radio et de télévision ne passent pas sur les informations d'intérêt pour le peuple cubain. Non seulement la base militaire à retourner, mais doivent être reformulés cinquante ans de la politique à l'égard de Cuba.
Gualterio Nunez Estrada, Sarasota, Florida.

Opinion: The future of Cuba

Is Barack Obama missing a golden opportunity?

By Marvin Kalb - GlobalPost
Published: February 24, 2009 12:35 ETUpdated: February 25, 2009 07:31 ET

"When asked about returning Guantanamo, Washington officials are usually wide-eyed in wonder and surprise. Why reward Raul by returning Guantanamo to Cuba, they ask, when he remains a communist dictator and has flashed no serious sign of democratic reform? Why abandon a first-rate naval base, the oldest overseas base in America’s arsenal? Why now? Let him take the first steps toward Cuban-American reconciliation, I’m told; and then we can consider reciprocal actions on our timetable."
"I appreciate their caution but believe now is the time for radical change in America’s Latin American policy. The U.S. has a new administration, led by a young, visionary president who has excited the world with his promise of an “open hand” foreign policy. If he were to look beyond the encrusted habits of the Cold War and think, for example, about returning Guantanamo to Cuba, he would be sending a refreshing signal to the people of Cuba and to all of Latin America that, indeed, change has come to American policy. And it would cost the U.S. nothing."

SOURCE: click here:
http://www.globalpost.com/dispatch/worldview/090217/opinion-the-future-cuba

"Interrogé sur le retour de Guantanamo, Washington fonctionnaires sont généralement aux grands yeux d'émerveillement et la surprise. Pourquoi récompenser Raul en revenant de Guantanamo à Cuba, demandent-ils, quand il reste un dictateur communiste et a flashé aucun signe de la réforme démocratique? Pourquoi abandonner un premier taux de la base navale, la plus ancienne base outre-mer en Amérique, l'arsenal? Pourquoi maintenant? Laissez-lui faire le premier pas vers la réconciliation nationale cubano-américaine, me dit-on, et alors nous pouvons envisager des actions réciproques sur notre calendrier. Je comprends leur prudence, mais pense que le moment est venu pour un changement radical de l'Amérique latine dans la politique américaine. Les États-Unis ont un nouveau gouvernement, dirigé par un jeune président visionnaire qui a enthousiasmé le monde avec sa promesse d'une "main" de la politique étrangère. S'il était amené à regarder au-delà des habitudes encroûtées de la guerre froide et de penser, par exemple, sur le retour de Guantanamo à Cuba, il serait l'envoi d'un rafraîchissement au peuple de Cuba et à l'ensemble de l'Amérique latine qui, de fait, le changement est venu à la politique américaine. Et il ne coûterait rien aux États-Unis."

No comments:

Post a Comment